petit_coeur_maman

La fête des Mères est une fête annuelle célébrée par les enfants en l’honneur de leur mère dans de nombreux pays.

À cette occasion, les enfants offrent des cadeaux à leur mère, des gâteaux ou des objets qu’ils ont confectionnés à l’école. Cette fête est également célébrée par les adultes de tous âges pour honorer leur mère.

 

La fête des mères au temps  des Gaulois

La fête des mères remonte au temps d’Astérix, c’est une  tradition très ancienne ! Les premiers à avoir instauré une journée  consacrée aux mamans sont les Grecs et les Romains, qui organisaient chaque  année au printemps une cérémonie en l’honneur de Rhéa et Cybèle, les divinités  mères des Dieux.

La fête des mères que l’on  connaît

La version moderne de la fête des mères nous vient  directement des Etats-Unis. Le second dimanche du mois de mai 1907, au moment  du décès de sa maman, une américaine a demandé aux autorités d’instaurer une  journée en l’honneur de toutes les mamans du monde le deuxième dimanche de mai.  Vœu exaucé ! Les petits américains honorent leur maman le deuxième  dimanche de mai depuis plus de 100 ans.

La fête des mamans  françaises

Mais en France célébrer les mamans et plus généralement la famille, est  une idée de Napoléon. C’est le premier qui a évoqué l’idée d’une fête des mères  officielle au printemps en 1806. Au départ, le but était d’honorer les mères de  familles nombreuses.

Il faut cependant attendre le 20 avril 1926, pour que la première  « journée des mères » nationale ait  lieu. Il s’agissait alors d’honorer les mères de familles nombreuses, avec  remise de « Médailles de la Famille  française ». Elle n’a jamais eu grand succès jusqu’en 1941,  moment, où le Maréchal Pétain institue la  fête des mères pour repeupler la France qui souffre de la seconde guerre  mondiale. Il  a souhaité officialiser cette fête pour attirer l’attention sur le rôle de la  femme au foyer.   La grande « invention » de Vichy, ce  fut d’honorer toutes les mères, d’en faire une fête familiale et d’en laisser  la prise en charge aux enfants eux-mêmes, tout en faisant encadrer ces  activités par les maîtres d’école. Bref, le collier de nouilles, c’est depuis  Pétain !